APPEL

Labellisation et élaboration d’un cahier de charges : La presse en ligne déterminée à assainir ses rangs


Rédigé le Vendredi 12 Août 2016


Selon Yakham Mbaye, le Code de la presse actualisé contient les préoccupations du moment et va permettre aux journalistes en général d’avoir une profession encadrée au niveau juridique.
L’Association des éditeurs et professionnels de la presse en ligne (Appel) dénonce les dérives et manquements dans le secteur. Une rencontre tenue à Saly devrait permettre l’élaboration d’une charte d’éthique et de déontologie pour mieux encadrer l’évolution de la presse en ligne.

En présidant la cérémonie d’ouverture de l’atelier des professionnels de la presse en ligne, le secrétaire d’Etat à la Communication, Yakham Mbaye, a déclaré que le Code de la presse devrait être voté avant fin 2016. Il a rassuré les membres de l’Appel en soulignant que toutes leurs préoccupations ont été intégrées dans le nouveau Code de la presse et qu’il ne reste qu’à le soumettre aux autorités centrales avant que l’Assemblée nationale ne vote cet instrument. Ainsi, a-t-il rassuré, notre pays sera doté d’un Code de la presse actualisé qui contient les préoccupations du moment et donc va permettre aux journalistes en général d’avoir une profession encadrée au niveau juridique. Yakham Mbaye a rappelé que le projet du Code de la presse initialement rédigé avait été bloqué pendant six ans et le passage de l’analogie au numérique a fait qu’il était caduc; il a été donc rédigé à nouveau.

Le ministre en charge de la Communication du président de la République, El Hadji Hamidou Kassé, a indiqué que la presse en ligne a connu un essor fulgurant ces dernières années.

Selon lui, il existe au Sénégal plus de 200 sites qui impactent 2 millions de Sénégalais avec des aspects positifs, mais aussi beaucoup de choses à revoir.

C’est pourquoi, M. Kassé a félicité le président de l’Appel pour l’organisation de cette rencontre sur la labellisation de la presse en ligne, rencontre qui va permettre de mieux encadrer l’évolution de la presse en ligne en ladotant d’une charte d’éthique et de déontologie.

A la réflexion de cet atelier figurent en bonne place les critères de labellisation, les obligations auxquelles sont soumis les promotteurs de sites d’informations, comment réguler les contenus. El Hadji Kassé s’en est félicité et a rassuré l’Association des éditeurs et professionnels de la presse en ligne du soutien du chef de l’Etat. 

Atteintes privée et dignité

Selon Ibrahima Lissa Faye, président de l’Appel, le secteur doit être assaini pour faire face aux dérives et manquements.

Les agissements d’une partie de la presse en ligne inquiètent et inspirent des mesures hardies, s’est-il désolé, affirmant que des tenants de sites d’informations sont capables du meilleur comme du pire pour accroître drastiquement le taux de clics. Des images ou des informations rocambolesques et invraisemblables venant d’autres contrées de la planète sont tropicalisées et servies aux internautes sénégalais, a fait remarquer Ibrahima Lissa Faye.

Plus grave, a-t-il pointé du doigt, ce sont les dérives liées aux atteintes gratuites à la vie privée des individus, à leur honorabilité et à leur dignité. Des exemples aussi hallucinants qu’ahurissants peuvent ainsi être cités. Ces manquements trouvent leur substrat dans une recherche effrénée de trafic simplement pour rentabiliser, a indiqué Ibrahima Lissa Faye.

La conséquence qui en découle, renseigne-t-il, c’est que la presse en ligne est passée d’une dizaine à plus de deux cent sites d’informations, de 2011 à 2016. Ce foisonnement est facilité par une absence de réglementation qui fixe, de manière claire, les conditions de création.

Alerte et propositions de solutions

L’Association des éditeurs et professionnels de la presse en ligne est consciente de sa part de responsabilité. C'est pourquoi, dès le départ, elle n’a cessé d’alerter et de proposer des solutions. Sur plus de 200 sites d’informations au Sénégal, seule une soixantaine sont membres de l’Appel. « La commission Ethique et Déontologie, depuis qu’elle a été remise au goût du jour, abat un travail remarquable qui, même si vous ne le constatez pas, a beaucoup contribué à limiter les dégâts », a souligné avec force Ibrahima L. Faye. Elle fait des rappels à l’ordre fréquents, des mises en garde, saisit le Tribunal des pairs, le Cored, et même propose des rapports circonstanciés, bien détaillés, pour l’exclusion de membres multirécidivistes.

L’objectif de cet atelier est de renforcer davantage le corpus juridique de la presse en ligne. L’Appel va travailler, avec tous les compartiments de la société, à sa tête l’Etat, à mettre en place un cahier de charges, des mécanismes de labellisation reposant sur un ensemble de référentiels Qualité.

Ce cahier de charges va définir les conditions de création et fixer des critères qui seront obligatoires pour tout promoteur de la presse en ligne », a soutenu le président de l’Appel.

A ce propos, M. Faye a déclaré que la labellisation concerne la presse numérique déjà existante. Elle va proposer un ensemble de référentiels pour un contenu de qualité, une bonne gestion de nos entreprises. Cette initiative valorise les bonnes pratiques, veille au respect scrupuleux des textes régissant la profession. La charte éthique et déontologie sera aussi un élément fondamental pour bénéficier d’un label de qualité et de pouvoir le garder.

Amath Sigui NDIAYE
Source : Le Soleil




Nouveau commentaire :


APPEL - VIDÉOS


Rss
Facebook
Twitter
Mobile